Contenu

Impact de la chlordécone sur la production animale

Les animaux d’élevages, qui pâturent sur des terres chlordéconées, peuvent se contaminer en ingérant de la terre, de l’herbe, des fourrages ainsi que de des eaux contaminées. La chlordécone se retrouve alors dans la viande, la graisse, les organes, et ses produits (lait, oeuf).

Les différentes productions animales : bovins, porcins, ovins, caprins et volailles sont soumises à un plans de surveillance. Des analyses sont réalisées régulièrement pour suivre la contamination.

Pour le cas des volailles, la chlordécone se concentre majoritairement dans le foie et le jaune d’œuf, les teneurs pouvant dépasser 1000 μg/kg de poids frais. La viande (cuisse) peut être contaminée jusqu’à près de 100 μg/kg de poids frais soit 5 fois la valeur réglementaire. Pour des poules ayant un taux de ponte élevé (presque un œuf par jour), un mois d’exposition suffit pour atteindre la contamination maximale dans les organes. Une fois ce maximum atteint, la chlordécone ingérée part pour moitié dans les fientes et pour moitié dans les jaunes d’œufs.

Depuis 2015, un plan de surveillance a également été mis en place sur les œufs qui sont particulièrement susceptibles de concentrer la chlordécone si les poules sont élevées en plein air sur un terrain contaminé.

Comment éviter la contamination des animaux au sein des élevages ?

— > Disposer d’un abreuvement de qualité :
Analyses d’eau ;
Distribution d’adduction Eau Potable si le résultat est positif.

— > Fournir une alimentation saine avec certitude :
Analyse des terres pâturées et des végétaux ;
Attention aux bagasses ou rejets de bananeraies ;
Attention aux bordures contaminées par la chlordécone ;
Attention au surpâturage.

Si les animaux sont contaminés, comment les décontaminer ?

— > Engraissez les animaux avant abattage au minimum 6 mois, hors-sol avec des fourrages non contaminés ou au pâturage sur des parcelles dont on est sûr qu’elles ne sont pas polluées ;

— > Empêcher les animaux d’accéder au(x) point(s) d’eau contaminé(s), plutôt utilisé l’eau du réseau ou l’eau de pluie.

Pour des conseils particuliers pour votre élevage :
contacter le GDSM (Groupement de Défense Sanitaire en Martinique)
au 0596 64 24 90 ou par mail : gdsmq@orange.fr - Pôle animalier de Carrère, 97232 Le Lamentin

Pour plus d’informations :
- Le livret à destination des éleveurs sur les préconisations en matière d’élevage et de chlordécone, consultable ici ;
- La plaquette explicative du lien entre la chlordécone et les volailles, consultable ici.
- La plaquette explicative du GDSM : Chlordécone et animaux d’élevage - Comment les protéger ?, consultable ci : partie 1 et partie 2

Contrôle et surveillance des viandes

Les plans de surveillance et de contrôle sont structurés selon un plan d’échantillonnage précis mis en place à l’abattoir du Lamentin. Les résultats sont consultables sur ce lien
Les plans de surveillance s’appliquent aux bovins, ovins, caprins, porcins et volailles tandis que les plans de contrôle s’appliquent sur les bovins exclusivement (car estimés à risque).

Les différents plans de contrôle pour les bovins

Il existe 3 plans de contrôle dont les objectifs sont légèrement différents :

  • Le plan de contrôle orienté : il s’applique à tous les animaux issus d’un cheptel dont l’un des animaux a déjà été confirmé positif mais inférieur à la limite maximale de résidus (LMR) de 20 µg/kg de poids frais dans la viande et les abats, c’est à dire que l’animal, bien que conforme présente des traces de chlordécone. Ces cheptels sont donc étroitement surveillés car ils peuvent aussi bien passer en contrôle renforcé s’ils ne mettent pas en place de mesures préconisées, qu’en contrôle allégé s’ils en mettent.
  • Le plan de contrôle allégé : il a pour objectif de réduire les contrôles sur les élevages vertueux qui ont mis en place des mesures pour que leurs bêtes ne soient plus contaminées (point d’eau, fourrages, etc). Une fois que leurs résultats redeviennent négatifs, ils passent du plan de contrôle orienté au plan de contrôle allégé.
  • Le plan de contrôle renforcé : il s’applique à tous les animaux issus d’un cheptel dont l’un des animaux a déjà été confirmé supérieur à la LMR. Ce plan a pour objectif de garantir l’absence de mise sur le marché de viande contaminée. Les carcasses sont consignées tant que les résultats du laboratoire ne sont pas revenus. Toutes les carcasses dont les analyses ont révélé un taux supérieur à la LMR sont saisies et éliminées.

— > Le plan de contrôle renforcé "foie" : les foies sont consignés jusqu’au résultat des analyses
— > Le plan de contrôle renforcé "carcasse" : les carcasses et abats sont consignés jusqu’au résultat des analyses

Nouvel arrêté renforce les mesures relatives à la chlordecone dans la viande de boeuf
Suite aux annonces du Président de la République, le 27 septembre 2018 à Morne Rouge en Martinique