Contenu

Impact de la chlordécone sur les produits de la pêche

La pollution des sols par la chlordécone est progressivement transférée par les eaux douces vers les rivières puis au milieu marin.

Afin de garantir la sécurité du consommateur, depuis 2009, certaines zones du littoral (baie de Fort de France et fonds de baies de la côte atlantique) sont interdites à la pêche pour cause de pollution au chlordécone. Ces zones ont été étendues en 2010 et 2012 par arrêté préfectoral. Il est depuis interdit toute pêche sur des fonds de moins de 20m sur la côte Atlantique et la pêche des langoustes est interdite sur une plus large partie de la côte Centre Atlantique. La carte intéractive des zones réglementées est disponible sur le site de l’observatoire de l’eau de Martinique.

jpg - 33.1 ko
Arrêté préfectoral du 30 Novembre 2012

Par ailleurs, une étude de consolidation des connaissances sur la contamination de la faune halieutique par la chlordécone (autour de la Martinique et de la Guadeloupe) a été réalisée par l’IFREMER dans le cadre du Projet "CHLOHAL".

Contrôle et surveillance des produits de la pêche

Les prélèvements du plan de contrôle sont axés sur les espèces qui présentent des non-conformités et qui sont disponibles au niveau de points de vente. Ils sont réalisés dans des restaurants, au niveau de points de débarquement, et sur les bateaux de pêche.

Les prélèvements réalisés sur les étals et les marchés sont analysés chaque année dans le cadre du plan de surveillance pour les produits de la mer. Les poissons et crustacés sont sélectionnés selon un plan d’échantillonnage qui est représentatif des denrées consommées par les martiniquais. Celui-ci a été légèrement modifié en 2015 de manière à cibler les poissons côtiers, plus exposés à la chlordécone. A partir de 2013, ce sont les résultats pondérés, c’est-à-dire représentatifs du plan d’échantillonnage de 2012, que l’on retrouve dans le bilan consultable sur ce lien.

png - 567.3 ko