Contenu

La filière canne-sucre-rhum Martinique

La filière canne-sucre-rhum a une importance économique et sociale décisive pour le département de la Martinique. Elle est principalement orientée vers la production de rhum, pour l’essentiel, du rhum agricole bénéficiant de l’AOC “Rhum agricole de Martinique” .

Chiffres clé 2010

Campagne 2010
Nombre d’exploitations 197
SAU 3 891 ha
Emploi Environ 3 900 emplois directs et indirects
Production Sucre : 4 046 tonnes

Rhum agricole : 67 989 HAP

Rhum de sucrerie (RTS) : 11 770 HAP

Rhum « Grand arôme » : 3 326 HAP

Commercialisation

Exportations

Marché local

64 415 HAP (rhums agricoles et autres)

18 364 HAP

Prix à la production 65 €/t à 8 de coefficient de paiement

(HAP) Hectolitre d’Alcool Pur

1. Caractéristiques de la filière

La canne à sucre est une plante bien adaptée aux contraintes géoclimatiques de la Martinique. C’est la deuxième culture de l’île après la banane.
Elle couvre 3 891 ha et intéresse près de 197 producteurs .

202 228 tonnes de canne à sucre sont récoltées. Une baisse de production de 9,4 % par rapport à 2009, directement imputable aux fortes précipitations suivie d’une longue période sècheresse de 2009.

La production de sucre absorbe 34,8 % des cannes récoltées, les 65,2 % restant allant vers les distilleries.

131 940 tonnes sont broyées par 7 distilleries pour être transformées en 83 085 HAP de rhum dont 78 % sont exportés, essentiellement vers la métropole.

Est principalement fabriqué, le rhum agricole, obtenu par distillation du pur jus de canne fermenté. Le volume produit est 67 989 HAP. Grâce à l’AOC dont il bénéficie depuis 15 ans,celui-ci voit ses ventes progresser régulièrement.

Les 70 288 tonnes de canne restant, sont livrées par 77 planteurs à l’usine SAEM- PSRM du Galion, dernière sucrerie de l’île pour une fabrication de 4 046 tonnes de sucre destinées principalement au marché local (2 325 tonnes pour la consommation locale et 1 238 tonnes pour usages industriels).

La SAEM PSRM du Galion a un capital social de près de 5,9 M€, détenu à 58,60 % par les pouvoirs publics.
La COFEPP et filiales (Bardinet, Martiniquaise, Dillon, Depaz, etc.), reste le principal actionnaire privé (28,96 %).
Le partenariat avec la COFEPP, permet une valorisation des mélasses par la SAEM et vendues à la SPCRG, filiale de COFEPP) en vue de la fabrication des rhums traditionnels. Sont fabriqués 11 770 HAP de rhum traditionnel de sucrerie et 3 326 HAP de « Grand Arôme » à partir de 2 177 859 litres de mélasse .

Le prix de la tonne de canne à 8 de Coefficient de Paiement, payé aux planteurs est 65 € /tonne.

2. Organisations professionnelles

La filière compte sept organisations professionnelles :
- Le CODERUM, Comité Martiniquais de Défense et d’Organisation du Rhum
- Le SDAORAM, Syndicat de Défense de l’Appellation d’Origine « Rhum Agricole Martinique »
- Le CIRT-DOM, Conseil Interprofessionnel du Rhum Traditionnel des DOM
- Le CTCS - Martinique, Centre Technique de la Canne et du Sucre de la Martinique ,
- CANNE-UNION, Association des Producteurs de Cannes
- La CUMA de « Malgré Tout », Coopérative d’utilisation de matériel agricole qui regroupe 69 adhérents exploitant de petites surfaces.

Le CTCS est chargé de l’encadrement technique, de la formation des planteurs et des analyses liées au contrôle qualité. (site internet : www.ctcs.mq).

3. Dispositif d’aides communautaires et nationales

La filière bénéficie de nombreuses aides tant communautaires que nationales :

- Aides communautaires du POSEI

Mesures Quantité éligible Montant total
Transformation en rhum agricole 63 000 HAP 4,1 M€
Aide au transport de la canne 208 713 t 0.52 M€
Aide forfaitaire industrie sucrière 1.24 M€
Total général 5.86 M€

-  Aides nationales aux planteurs de cannes livrant à la sucrerie du Galion

Mesures Nbre planteurs Quantité éligible (tonnes) Montant total
Aide sociale destinée aux planteurs livrant jusqu’à 2 000 tonnes 52 8 048,44 0,08 M€
Aide à la balance 77 70 288 1 M€
Total général 129 78 336.44 1,8 M€

Le Conseil Régional et le Conseil Général soutiennent financièrement la SAEM du Galion et participent au financement du prix de la tonne de canne payé aux planteurs.
Pour les petits planteurs, jusqu’à 1500 tonnes, livrant en distillerie, le Conseil Régional verse une aide sociale sur les 1000 premières tonnes d’un montant variable : 8,25 €/ tonne les 500 premières tonnes et de 3,30 € de 500 à 1000 tonnes.

- Régime fiscal préférentiel en faveur du rhum traditionnel des DOM

Autorisé par l’UE, un taux d’accise réduit de 835 €/HAP au lieu du taux normal de 1 450 €/HAP, est appliqué aux rhums traditionnels des DOM dans la limite d’un contingent annuel de 108 000 HAP. Ce régime fiscal correspond à une défiscalisation de 42 M€ sur le rhum exporté .

- PDRM (Programme de Développement Rural de la Martinique)

Le PDRM prévoit différentes mesures d’accompagnement de la filière :
- Modernisation et encadrement technique des exploitations (mesures 121 et 111) et des industries de transformations (mesure 123), installation de jeunes planteurs de canne à sucre (mesure 112 ) ;
- Participation des agriculteurs à des démarches de qualité alimentaire (mesure 132) ;
- Actions d’information et de promotion (mesure 133) ;
- Utilisation durable des terres à canne par les dispositifs ICHN (mesure 211 et 212) et MAE (mesure 214).