La peste porcine africaine : un danger réel

Alors que la zone géographique de présence du virus de la peste porcine
africaine (PPA) s’étend en Europe et dans les Antilles, le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire lance une nouvelle campagne de communication pour
sensibiliser à la protection du territoire national. Très contagieuse et mortelle pour les porcs et les sangliers, la PPA peut occasionner de sévères pertes économiques pour les éleveurs ; elle ne présente aucun danger pour la santé humaine.

Depuis juillet 2021, plus de 1600 foyers de PPA ont été déclarés à l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) en Haïti et République dominicaine. La maladie
est devenue endémique dans l’île d’Hispaniola.

La proximité géographique entre la République dominicaine et les collectivités et
départements/régions français d’Outre-mer dans cette zone (Saint-Martin, Saint-
Barthélémy, Guadeloupe, Martinique et Guyane) ainsi que les liaisons aériennes et
maritimes existantes entre ces territoires doivent inciter à une vigilance accrue dans
ces territoires français et dans toute la région.

La campagne de communication lancée par le ministère de l’Agriculture et de la
Souveraineté alimentaire cible l’ensemble des personnes intervenant en filière porcine, tous les détenteurs de porcs (professionnels et particuliers détenteurs), les vétérinaires, les transporteurs d’animaux ; les travailleurs saisonniers en exploitation agricole de toute nature issus de pays où la maladie est endémique, en particulier de Haïti et de la République dominicaine ; les voyageurs et les professionnels du transport routier, aérien et maritime.

Des mesures simples sont fortement recommandées :
 Pour les éleveurs et les transporteurs, respecter les règles de prévention et
les mesures sanitaires de biosécurité (nettoyage et désinfection des véhicules
et du matériel utilisé), être vigilants et signaler et déclarer toute suspicion de
PPA à la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt (DAAF) de
Martinique ;
 Pour les voyageurs et les travailleurs saisonniers, jeter les restes d’aliments à
base de porc dans des poubelles prévues à cet effet et fermées car le virus
peut se transmettre aux porcs domestiques par la viande ou des produits à
base de viandes contaminées.

Chaque acteur est invité à respecter strictement les mesures de prévention pour
ne pas introduire ou diffuser le virus en Martinique. Les compagnies de transport sont notamment appelées à veiller au respect des mesures préconisées pour les voyageurs.
L’information et la mobilisation de tous sont indispensables pour prévenir l’introduction de la PPA dans les DROM (départements et régions d’Outre-mer).

Consulter le dispositif de campagne :
https://agriculture.gouv.fr/peste-porcine-africaine-le-kit-de-communication

Pour en savoir plus sur la peste porcine africaine :
https://agriculture.gouv.fr/peste-porcine-africaine

Déclaration obligatoire de détention de porc et vigilance vis-à-vis de la peste porcine africaine :
La peste porcine africaine (PPA) strictement animale ne touche que les suidés (porcs et sangliers). La contamination du cheptel français aurait de lourdes conséquences pour la filière, notamment la fermeture du marché à l’exportation, des viandes et des animaux vivants.
Depuis le 1er janvier 2019, toute détention de porcs doit obligatoirement être déclarée. Cette déclaration déjà obligatoire pour les professionnels, s’impose désormais aux particuliers qui détiennent un porc pour leur consommation personnelle ou en tant qu’animal de compagnie.

Elle est à faire auprès de l’EDE (Établissement départemental de l’élevage) de la Martinique :
Tél 0596 51 75 75 Mail ede@martinique.chambagri.fr
Chambre d’Agriculture de la Martinique
Place d’Armes - BP 312
97286 LE LAMENTIN CEDEX 2

Cette déclaration obligatoire a pour objectif de garantir la traçabilité des animaux. Cette traçabilité est indispensable et primordiale pour lutter efficacement contre les maladies animales et plus particulièrement contre la PPA.
Tous les porcs qui quittent leur exploitation de naissance, doivent quelle que soit leur destination, être identifiés et accompagnés d’un document de circulation.
L’absence de déclaration est punie d’une amende contraventionnelle de 1500 euros.

Par ailleurs, la Direction de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt (DAAF) rappelle l’importance des mesures de biosécurité obligatoires en élevages visant à éviter toute introduction du virus, tant dans les élevages professionnels que dans les élevages familiaux de un à cinq porcs.
Tout détenteur de porcins doit notamment veiller à :
• ne pas nourrir les porcs avec des déchets alimentaires ;
• revêtir une tenue et des bottes propres et dédiées à l’élevage de porcs ;
• ne pas introduire de porc venant d’un pays infecté
• pour les éleveurs également chasseurs et qui se rendraient dans un pays infecté, ne pas introduire de matériel (tenue, bottes, voiture), trophée, chien de chasse au sein de l’élevage.

La DAAF vous demande de contacter votre vétérinaire si vous observez les signes cliniques de la maladie : perte d’appétit, fièvre de plus de 40°C, abattement, rougeurs sur la peau (oreilles et abdomen), mortalité anormale.

Avis au voyageurs pour éviter l’introduction de la PPA, les recommandations à suivre !
Éviter tout contact avec des porcs lorsque vous êtes dans un pays à risque.
Lors de votre retour ou de votre arrivée d’un pays infecté :
• pendant 48h, éviter de vous rendre dans une exploitation porcine ;
• après ce délai, nettoyez soigneusement vos vêtements et vos chaussures avant d’approcher des porcins ;
• éviter de ramener de la viande ou/et des produits à base de porcs ou de sangliers.
Si cette dernière recommandation n’est pas respectée, vous devez éviter :
• d’utiliser vos déchets pour nourrir des porcins ;
• de jeter les restes de vos produits dans la nature ;
• de composter ces produits.

Vidéo à l’intention des voyageurs

Téléchargement

Partager la page